Aller au contenu principal

Des producteurs « dépouillés jusqu’au trognon »

L’ANPP et la FNPF ont fait appel aux arboriculteurs de toute la France pour dénoncer les faibles prix d’achat des GMS et la non-revalorisation du prix des fruits.

Samedi 14 janvier, suivant le mot d'ordre national des producteurs de fruits, la FRSEA a mobilisé en Pays de la Loire une soixantaine de producteurs pour une action à Angers, où se tenait le Sival cette semaine. Les arboriculteurs ont effectué une opération de stickage des produits non-rémunérateurs et exposé des pommiers arrachés juste avant. Lundi 16 janvier, les producteurs de cerises ont suivi le mouvement national.
La cause de cette mobilisation ? Depuis plus de 6 mois, les distributeurs de pommes et de poires ne réagissent pas aux demandes des arboriculteurs. Assommés par les coûts de production, ceux-ci dénoncent le faible prix proposé par les GMS par rapport à la somme que le produit leur coûte à produire.


Il manque 20 centimes du kilo
Au-delà de la dimension financière, les producteurs sont touchés psychologiquement ; la non reconnaissance de leur travail pousse ces derniers à bout : « voir une parcelle arrachée, c’est toujours un crève-cœur », confie Eric Timmerman. Ce sont en effet des cultures pérennes familiales qui sont aujourd’hui détruites, un savoir-faire depuis des générations qui prend fin petit à petit. « Pour vivre correctement », il est nécessaire que les prix de marchés soient revus à la hausse. La communauté arboricole demande une ravalorisation de +20 centimes d’euro. Avec l'augmentation des charges et des prix trop bas, « on peut perdre 300 à 400 000 voire 500 000 € si rien n'est fait ; on peut ne pas s’en remettre »,  constate l’arboriculteur sarthois.


Stickage et arrachage
Samedi à Angers, des dizaines d’arboriculteurs se sont rassemblés, épaulés par leur présidente nationale Christiane Lambert. Toute pomme ayant un prix au kilo inférieur à 1,50 € se voyait décorée d’un logo: “Producteurs dépouillés jusqu’au trognon”, de même que les produits transformés présentant des prix trop faibles pour être rémunérateurs. Quelques affiches ont été disposées dans les rayons de façon à laisser aux consommateurs des explications sur l’importance de leurs achats. De plus, certains pommiers arrachés ont été débités devant ces grandes surfaces, l’objectif étant de faire prendre conscience que demain, il n’y aura plus de vergers de pommiers français si nous persistons dans ce sens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Agri72

Les plus lus

Bureau JA72 2024-2026
Un nouveau binôme chez JA72

Mercredi 3 avril 2024, les Jeunes agriculteurs de la Sarthe ont élu leur nouveau bureau pour la mandature 2024-2026. Cyril…

Justin et Jérôme Froger ont acheté une fabrique d'aliments à la ferme (Faf) d'occasion qu'ils ont entièrement démontée à Savigny-sur-Braye et remontée chez eux.
Les belles synergies de la SCEA Froger

Seul multiplicateur français à produire des PICS x 54*, la SCEA Froger nous a ouvert ses portes pour évoquer ses derniers…

Philip Smid et son fils Enzo ont accueilli la faucheuse de la SARL Dupuy, mercredi 20 mars, qui a laissé de beaux andains d'herbe brillante, sur une parcelle de 8 ha.
Mise à l'herbe retardée, la fauche privilégiée

En Sarthe, l'humidité persistante qui engorge les sols empêche pour le moment la mise à l'herbe des troupeaux. La logique…

Un épandage sur les cultures et sans tassement dès février !

L' épandage sans tonne fait de plus en plus d'adeptes. Damien Busson nous présente les principales caractéristiques de cette…

Alors que les conditions météo ont rendu difficile l'accès aux parcelles agricoles, cette mesure doit permettre de réaliser les travaux d'entretien dans les semaines à venir.
Les haies peuvent être élaguées jusqu'au 15 avril

La Préfecture de la Sarthe vient de donner une réponse favorable à la demande de la FDSEA et des JA72 formulée le 6 mars…

Florian Hérisson avec ses gestantes sur paille. Le bâtiment construit en 2003 accueille aussi la maternité et la verraterie.
La filière Agrial porc Faf valorise le lien au sol

A Bernay-en-Champagne, Florian Hérisson a repris l'élevage de porcs familial en 2023. Il produit aujourd'hui 3 600 charcutiers…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 130€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Agri72
Consulter l'édition du journal Réussir Agri72 au format numérique
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois