Aller au contenu principal

Égalim
Égalim, c'est maintenant !

Une convention a été signée entre l'Agence régionale de santé des Pays de Loire, la délégation régionale de la Fédération hospitalière de France et la préfecture de région pour avancer dans l'application d'EGalim.

Une convention entre la préfecture, l'ARS et la Fédération hospitalière va permettre d'avancer vers une meilleure application d'Égalim.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Dans la restauration collective, les objectifs d'EGalim ne sont pas atteints, à savoir 50% d'approvisionnement en produits de qualité et durables dont 20% de produits bio. En Sarthe, la moyenne d'approvisionnement atteint 12%, autant dire qu'il y a encore du pain sur la planche ! Le préfet de région, Fabrice Rigoulet-Roze, a donc organisé une réunion avec plusieurs acteurs dont les établissements possèdent de la restauration collective, et les préfets des départements. Leur mission : " se mobiliser pour travailler à mieux remplir les objectifs d'EGalim. On a besoin de travailler en commun sur ce sujet ", a expliqué le préfet. 

Une première convention en milieu médical

Le premier acte de cette " mobilisation générale " est revenu au milieu médical et socio-médical. Vendredi, les représentants de l'Agence régionale de santé (ARS), de la Délégation régionale de la Fédération hospitalière de France et la Préfecture de région ont signé une convention. " Pour nos patients des hôpitaux ou résidents d'Ehpad, le repas est un soin. Nous allons augmenter notre part de nos achats répondant aux objectifs EGalim. Notre premier engagement est d'inscrire tous nos établissements sur la plateforme macantine. Nous allons travailler avec la Draaf pour mieux connaître les agriculteurs locaux et aussi mieux nous faire connaître d'eux. Nous devons diffuser nos bonnes pratiques entre nous et parfois, ce n'est pas toujours qu'une question d'argent ", a souligné Cécile Jaglin-Grimonpez, déléguée régionale de la Fédération hospitalière de France.

Cependant, l'ARS va signer un chèque de 3 millions d'euros afin de permettre de " faire travailler ensemble tous les acteurs pour fournir des repas, même si dans nos établissements, nous avons nos propres contraintes. Nous sommes déterminés, c'est un enjeu de service public ", a complété Jérôme Jumel, directeur de l'ARS.

Si toutes les solutions ne sont pas forcément duplicables partout et selon les établissements publics, il n'empêche que c'est un " plus " de les connaître pour s'en inspirer. Il faut donc que ça se sache ! Et pour cela, il existe des outils tels que la plateforme macantine. Cette fois, le préfet de région incite chaque site de restauration scolaire à renseigner cette plateforme qui permettra aussi de mettre à jour les données sur les avancées vers EGalim. Par ailleurs, un chargé de mission sera recruté à la Draaf pour animer une plateforme " à bonnes idées " et aider les collectivités dans leurs démarches.

Tarification sociale dans les communes rurales

" Il faut partager des informations. Aujourd'hui, la tarification sociale dans les cantines scolaires de communes rurales permet d'offrir des repas à 1 euro et l'État compense par 3 euros par repas et par enfant. Et si EGalim est respecté, on passe à 4 euros. Mais en Pays de Loire, sur les 1 170 communes éligibles au dispositif, seulement 173 en bénéficient. 85% n'y recourent pas. On voit bien qu'il y a un travail en proximité à réaliser ", pose Fabrice Rigoulet-Roze. Lydie Bernard, vice-président de la Région chargée de l'agriculture, se veut optimiste : " L'idée est de se dire qu'ensemble on peut y aller et s'encourager mutuellement pour trouver des leviers d'action. Il est important d'enclencher un mouvement car le monde agricole en a besoin ". 

Et pas question de se cacher derrière les autres ! Parmi ses intentions, le préfet veut aussi remplir les objectifs d'EGalim dans les restaurants inter-administratifs de son champ de compétences.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Agri72

Les plus lus

Bureau JA72 2024-2026
Un nouveau binôme chez JA72

Mercredi 3 avril 2024, les Jeunes agriculteurs de la Sarthe ont élu leur nouveau bureau pour la mandature 2024-2026. Cyril…

Justin et Jérôme Froger ont acheté une fabrique d'aliments à la ferme (Faf) d'occasion qu'ils ont entièrement démontée à Savigny-sur-Braye et remontée chez eux.
Les belles synergies de la SCEA Froger

Seul multiplicateur français à produire des PICS x 54*, la SCEA Froger nous a ouvert ses portes pour évoquer ses derniers…

Philip Smid et son fils Enzo ont accueilli la faucheuse de la SARL Dupuy, mercredi 20 mars, qui a laissé de beaux andains d'herbe brillante, sur une parcelle de 8 ha.
Mise à l'herbe retardée, la fauche privilégiée

En Sarthe, l'humidité persistante qui engorge les sols empêche pour le moment la mise à l'herbe des troupeaux. La logique…

Un épandage sur les cultures et sans tassement dès février !

L' épandage sans tonne fait de plus en plus d'adeptes. Damien Busson nous présente les principales caractéristiques de cette…

Alors que les conditions météo ont rendu difficile l'accès aux parcelles agricoles, cette mesure doit permettre de réaliser les travaux d'entretien dans les semaines à venir.
Les haies peuvent être élaguées jusqu'au 15 avril

La Préfecture de la Sarthe vient de donner une réponse favorable à la demande de la FDSEA et des JA72 formulée le 6 mars…

Florian Hérisson avec ses gestantes sur paille. Le bâtiment construit en 2003 accueille aussi la maternité et la verraterie.
La filière Agrial porc Faf valorise le lien au sol

A Bernay-en-Champagne, Florian Hérisson a repris l'élevage de porcs familial en 2023. Il produit aujourd'hui 3 600 charcutiers…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 130€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Agri72
Consulter l'édition du journal Réussir Agri72 au format numérique
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois