Aller au contenu principal

Epandage
La Cuma de Souillé choisit la pesée dynamique

Avec la flambée du prix des intrants, c'est un outil de plus en plus demandé pour une fumure organique optimisée. La table d'épandage à pesée dynamique a fait son entrée à la Cuma de Souillé-La Guierche. Présentation du Rollforce 6118.

Depuis deux ans, ses ventes explosent. Pas moins d'une dizaine en Sarthe, mis en service par Romet. Le Rollforce 6118 Eco-épandage de la société finistérienne Rolland a même été présenté comme un des 125 fleurons du savoir-faire français à... l'Elysée début juillet, à l'occasion de la troisième édition du « Fabriqué en France ». L'épandeur est arrivé à la Cuma de la Guierche et mis en route le 25 juillet par Olivier Blouin, responsable régional des ventes, et Christophe Davoine, responsable technique. « L'achat a été déclenché par l'aide de 30 % versée dans le cadre du plan de relance FranceAgriMer, souligne Olivier Launay, trésorier de la Cuma. Cela répond préalablement à une demande grandissante des adhérents vis-à-vis des fumiers de volaille. Ce sera un mode de location à l'épandeur et pas à la journée. » 

Une trentaine d'utilisateurs la réclamaient

Début 2022, la commande de la machine à 72 000 euros avait donc été actée par la vingtaine d'adhérents et la trentaine d'utilisateurs pour l'activité épandage. « Il s'agit certes d'un risque mais calculé et mesuré car la Cuma a une idée du potentiel du marché dans le secteur. » 20 000 euros plus onéreux que ses deux prédécesseurs, des Rollforce 5517 dont dispose aussi la Cuma, ce nouveau modèle est optimisé par la pesée dynamique (coût de 17 000 euros inclus dans le total) laquelle tient compte en permanence du poids et du type de produits grâce aux informations enregistrées par le chauffeur sur le boîtier tactile équipé d'un DPAE. Celui-ci vérifie toutes les cinq secondes le poids restant dans la caisse et adapte en conséquence la vitesse du tapis. « Que cela soit des composts de déchets verts ou des fumiers de bovins (de 10-15 tonnes) ou de volailles à 10 tonnes, il faut fermer entre la bavette et la pâle, l'équivalent de deux ou trois doigts, conseille Christophe Davoine. Si vous êtes amenés à épandre des petites doses à 3 tonnes, baissez la bavette au plus près de la pâle. Cette bavette limite la ventilation des éléments légers. La répartition transversale s'avère donc homogène. »

 

Une largeur de travail jusqu'à 16 mètres

La Cuma travaille surtout avec des fumiers de volaille, mais aussi de la paille broyée, des copeaux de bois et du fumier de bovin composté. Pour celui-ci, la largeur de travail pourra s'étendre entre quatorze et seize mètres (au lieu de 8 mètres avec les deux Rollforce 5517) et la projection s'étaler jusqu'à vingt mètres. Ce Rollforce autorise un volume de chargement de 18 m3 (contre 17 avec le 5517) avec le dôme. « Comme tout nouveau matériel de haute technologie, il faudra être vigilant sur l'utilisation, la mise en route lors des premiers jours mais aussi l'entretien », prévient Olivier Launay en bon garant de la trésorerie. Le Rollforce 6118 bénéficie également de la certification environnementale Eco-Epandage (contrôlée par Axema, le syndicat des acteurs industriels de l'agro-équipement) qui garantit un respect de la structure des sols et la maîtrise des doses. 

 

voir la vidéo sur notre chaîne Youtubehttps://www.youtube.com/@AGRI72TV

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Agri72

Les plus lus

Simon Ondet, qui travaille chez Solewa depuis 17 ans, est arrivé à la direction générale en 2022. Sur le toit du siège du Mans, 450 m² de panneaux solaires ont été installés soit 90 kWc.
Solewa devient
Wewise
L'entreprise Sarthoise Solewa, filiale du groupe Butagaz, deviendra Wewise en 2026. Cette nouvelle entité regroupera 4 acteurs du…
Vendredi dernier, les éleveurs sont allés rencontrer les dirigeants de LDC au siège de Sablé pour avoir des explications sur le poulet importé.
LDC doit renouer avec ses éleveurs
Les dirigeants de LDC ont reçu vendredi dernier une délégation de la FDSEA et JA Sarthe pour s'expliquer sur le poulet d'…
De nombreux éleveurs, une cinquantaine environ, ont fait le déplacement pour faire part au groupe LDC de leur mécontentement et de leur incompréhension.
" La confiance est perdue "
L'ampleur prise par l'affaire du camion polonais est révélatrice d'un malaise chez certains éleveurs qui travaillent avec LDC. A…
De gauche à droite, Michel Bertault, éleveur porcin à Chantenay-Villedieu, Alain Lecomte, céréalier à Tuffé, Cécilia Moltrasio et Anne Proust, conseillères agronomie à la Chambre d'agriculture.
Après le coup de tampon, le coup de balai
Alors que sa suppression dans sa forme actuelle a été actée, nous avons assisté à une session collective du Conseil stratégique…
Julien Gaschet (au centre), président, et Stéphane Plu, trésorier de la Cuma des Sources, à Montaillé, sont venus témoigner. Cette Cuma créée en 1967 embauche 3,5 salariés pour 50 adhérents. Depuis le changement de bureau, l'union a aidé l'équipe à créer des fiches de poste et des commissions ont été mises en place pour répartir le travail.
Le réseau poursuit sa restructuration
L'UD Cuma Pays de la Loire section Sarthe a organisé son AG le 1er février à Tresson. A l'heure du regroupement et de la fusion,…
Guillaume Degoulet est installé à la SCEA des Sables à Noyen sur Sarthe.
Des bâches pour optimiser son lisier

Depuis deux ans, Guillaume Degoulet, éleveur porcin à Noyen-sur-Sarthe, bénéficie des effets positifs de la couvertures des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 130€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Agri72
Consulter l'édition du journal Réussir Agri72 au format numérique
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois