Aller au contenu principal

Porc : fin de la castration à vif au 1er janvier 2022

Au 1er janvier 2022, les éleveurs ne pourront plus pratiquer la castration des porcelets, sauf s'ils appliquent un protocole d'anesthésie.

La volonté du gouvernement, qui fait « du bien être animal une priorité », s'est concrétisée par l'arrêté de février 2020, qui interdit la castration à vif à partir du 1er janvier 2022. L'opération devra désormais être pratiquée en suivant un protocole de prise en charge de la douleur. A la veille de l'entrée en vigueur de la mesure, la question de la prise en charge du surcoût lié à l'anesthésie reste en suspens.

Les éleveurs continuant cette pratique devront donc apprivoiser les protocoles d'anesthésie fournis par le centre de ressources CastraBEA de l'Ifip. Deux options sont proposées : la première prévoit une injection de lidocaïne dans chaque testicule, l'autre l'apposition du gel tri-soflen, via une canule, après incision du scrotum de l'animal. « Ces protocoles sont très lourds pour l'éleveur, multipliant par 4 le temps de la castration », dénonce Antoine Forêt, président du groupement Bio Direct.
En France, pour le moment, seule la coopérative Cooperl a fait le choix d'arrêter la castration -80% de ses éleveurs produisent des mâles entiers en 2021-, en équipant ses abattoirs de 'nez humains'.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Agri72

Les plus lus

Un Lely Vector pour des rations plus précises
Lors d'une journée portes-ouvertes organisée par Lely le 2 juin, Charles et Mathieu Taillet ont présenté leur Lely Vector, qui…
Les comices sont de retour
L’année 2022 signe le retour des comices en Sarthe. Après deux ans d’arrêt, pour cause sanitaire, une vingtaine de manifestations…
Travailler l'agronomie pour sécuriser son système
Lors d'une session délocalisée sur l'exploitation de Dominique Defay, à Tennie, la Chambre d'agriculture a souligné l'importance…
Diversifier les fourrages pour plus d’autonomie
L’autonomie alimentaire et protéique était au coeur de l’assemblée générale de l’association Normande 72, jeudi 9 juin, à La…
Les Cuma face au défi de gouvernance
A l'occasion de l'AG de l'UD Cuma le 23 juin à Mayet, les membres des Cuma sarthoises se sont interrogées sur leur gouvernance.
L’Apad Perche teste des leviers pour gérer l’enherbement
L’association pour la promotion d’une agriculture durable (Apad) Perche tenait son assemblée générale le 8 juin à Saint-Maixent.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 142€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Agri72
Consulter l'édition du journal Réussir Agri72 au format numérique
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois