Aller au contenu principal

Une machine pour aider à récolter les asperges

Les associés de l’EARL Ouvrard produisent des asperges et ont réduit la pénibilité en investissant dans une machine autonome d’aide à la récolte.

La récolte des asperges débute dès 5 h du matin sur l’exploitation de l’EARL Ouvrard-Nouts, à Saint-Jean-de-la-Motte. Et se prolonge jusqu’à midi ou 14h selon la quantité de pousses à ramasser. Depuis la fin du mois de mars et jusqu’à la mi-juin, l’opération est réalisée quotidiennement, du lundi au samedi. « Nous laissons un jour de repos à la terre, pour ne pas trop épuiser les plants d’asperges. Et ne pas avoir à effectuer de roulement entre plusieurs équipes de salariés», explique Ameline Ouvrard. Associée avec son frère Thomas en novembre 2021, la jeune agricultrice gère l’activité maraîchage de la structure.  Outre la surface de 2,5 ha consacrée aux légumes de plein champ et les 600 m2 de serres pour la production de fraises, l’exploitation comprend un atelier avicole (volailles de chair et poules pondeuses label rouge) et 200 ha de cultures sur deux sites.

Deux récolteuses

Deux salariées sont dédiées à la récolte des asperges. Mais dans le champ, cette année, elles sont accompagnées chacune par une récolteuse. Après un premier investissement il y a deux ans, les producteurs viennent d’acheter une deuxième machine d’occasion. «L’aspergespin permet d’automatiser les tâches lourdes liées à la récolte, souligne Ameline Ouvrard, elle soulève la bâche au gré de l’avancement dans le rang et transporte les caisses où sont stockées les asperges». Autonome grâce à une batterie portable, la machine avance avec un moteur électrique, guidée par deux roues. Un capteur de mouvement  garantit l’arrêt et la remise en route de la récolteuse en fonction de la position de la salariée. La vitesse s’adapte donc en fonction de la personne qui récolte, qui peut interrompre le mouvement en actionnant un cordon. «Nous augmentons la productivité tout en diminuant la pénibilité du travail», résume l’agricultrice. Les salariées ne doivent plus se pencher pour couper les pousses avec la gouge et, surtout, ne déplacent plus les caisses, à raison de 4 à 5 par rang, pesant chacune une dizaine de kilos.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Agri72

Les plus lus

Un bâtiment de 30 000 poules plein air

Installé depuis le 1er novembre 2020, Benoit Chaudemanche, éleveur de la commune de Aigné, nous présente son bâtiment de 30…

Une machine pour aider à récolter les asperges
Les associés de l’EARL Ouvrard produisent des asperges et ont réduit la pénibilité en investissant dans une machine autonome d’…
Concours inter-régional limousin : de jolis prix pour les Sarthois
Quatre élevages sarthois ont participé le week-end dernier au concours inter-régional Grand-Ouest de la race limousine à Lisieux.
Groupama : "rester le premier assureur en agriculture"
Lors de l'AG de sa fédération sarthoise, le 26 avril au Mans, Groupama Centre Manche est revenu sur une année riche en actions…
Fenaison : des outils de récolte de grande largeur
À travers une première "Journée de l'herbe" le 26 avril à Loué, Chesneau Agri Ouest a présenté une gamme d'outils de grande…
Aide porc : dépôt des dossiers jusqu'au 15 mai
Une deuxième enveloppe d’aide est ouverte par FranceAgrimer jusqu’à épuisement des crédits et au plus tard jusqu’au 15 mai.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 142€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Agri72
Consulter l'édition du journal Réussir Agri72 au format numérique
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois