Aller au contenu principal

Répercuter nos charges est vital pour la survie de nos entreprises”

Les entrepreneurs sarthois devront répercuter la hausse des charges sur leurs prochaines prestations.

Agri72 : Quel bilan dressez-vous de la campagne 2021 pour les entrepreneurs des territoires?

 

Franck Bellessort (secrétaire de la fédération des EDT) : Si on peut se réjouir de la récolte 2021, aussi bien pour le rendement des céréales que pour le résultat économique généré par nos clients grâce au prix de vente record de l’année passé, il faut bien avoir conscience qu’elle a été particulièrement éprouvante pour les entrepreneurs et leurs salariés, compte tenu des conditions climatiques. Les entreprises ont néanmoins tout mis en oeuvre pour satisfaire leurs clients.

 

Agri72 : Quelles ont été les conséquences de la météo sur les chantiers de récolte?

 

Franck Bellessort : La principale conséquence de ces mauvaises conditions est l’allongement des durées de chantier. Nous avons globalement réalisé plus de déplacements avec nos machines à cause de l’humidité du sol et des volumes plus importants à récolter. Nous avons donc augmenté notre consommation de carburant et mis nos machines à rude épreuve. Dans mon entreprise par exemple, la hausse de consommation de carburant était de l’ordre de 10L/ha. A ceci s’ajoute le contexte économique particulier de 2021 qui a vu croître de nombreux prix, à des valeurs encore jamais connues.

 

Agri72 : Quelles sont les charges qui ont le plus vu leur prix s’envoler en 2021?

 

Franck Bellessort: En première position pour tous les entrepreneurs, c’est la hausse du prix du carburant : de l’ordre de +55% en un an. Certains entrepreneurs ont calculé que cela représentait une hausse des charges de +15% pour leur structure. Mais il y a aussi l’Adblue, que nous utilisons de plus en plus dans nos machines dont les moteurs sont aux nouvelles normes. Le prix de cet additif anti-pollution a augmenté de 90%. Les pneumatiques, que nous changeons régulièrement sur les matériels roulants, ont aussi augmenté leur cours de 15 à 25%. Quand il faut renouveler une paire à 5000€, le budget commence à être élevé! Sans compter les pièces de rechange des machines qui n’ont pas échappé à la hausse.

Outre ces charges, nous avons aussi pour nos prestations du matériel consommable en plastique dont le prix a flambé : + 40% pour le film pour l’enrubannage  et + 30% pour les ficelles et filets.

 

Agri72 : Dans quelle situation financière se trouvent aujourd’hui les entrepreneurs?

 

Franck Bellessort : C’est difficile pour tout le monde. De telles hausses ne peuvent être résorbées par les trésoreries. Les entrepreneurs vont devoir limiter ou reporter leurs investissements prévus en 2022. Car le prix des machines aussi a augmenté. Si je veux acheter un tracteur actuellement, cela me coûte 5€/h en plus qu’en 2015. Et tout ça pour assurer ma prestation auprès du client.

Aujourd’hui, il apparaît inévitable pour les entrepreneurs de répercuter ces hausses de charge sur le prix des prestations. C’est une situation qui sera relayée au niveau national et lors de notre prochaine assemblée générale, le 4 mars, à Craon, en Mayenne. Des augmentations ont déjà été appliquées sur les tarifs en 2021 mais elles sont loin de compenser la différence. Pour pérenniser nos structures et ainsi pouvoir continuer à répondre aux besoins de nos clients agriculteurs, il est nécessaire et vital d’élever nos tarifs pour la prochaine campagne. Il en va de la survie de nos entreprises, pour exister demain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Agri72

Les plus lus

Simon Ondet, qui travaille chez Solewa depuis 17 ans, est arrivé à la direction générale en 2022. Sur le toit du siège du Mans, 450 m² de panneaux solaires ont été installés soit 90 kWc.
Solewa devient
Wewise
L'entreprise Sarthoise Solewa, filiale du groupe Butagaz, deviendra Wewise en 2026. Cette nouvelle entité regroupera 4 acteurs du…
Vendredi dernier, les éleveurs sont allés rencontrer les dirigeants de LDC au siège de Sablé pour avoir des explications sur le poulet importé.
LDC doit renouer avec ses éleveurs
Les dirigeants de LDC ont reçu vendredi dernier une délégation de la FDSEA et JA Sarthe pour s'expliquer sur le poulet d'…
De nombreux éleveurs, une cinquantaine environ, ont fait le déplacement pour faire part au groupe LDC de leur mécontentement et de leur incompréhension.
" La confiance est perdue "
L'ampleur prise par l'affaire du camion polonais est révélatrice d'un malaise chez certains éleveurs qui travaillent avec LDC. A…
De gauche à droite, Michel Bertault, éleveur porcin à Chantenay-Villedieu, Alain Lecomte, céréalier à Tuffé, Cécilia Moltrasio et Anne Proust, conseillères agronomie à la Chambre d'agriculture.
Après le coup de tampon, le coup de balai
Alors que sa suppression dans sa forme actuelle a été actée, nous avons assisté à une session collective du Conseil stratégique…
Julien Gaschet (au centre), président, et Stéphane Plu, trésorier de la Cuma des Sources, à Montaillé, sont venus témoigner. Cette Cuma créée en 1967 embauche 3,5 salariés pour 50 adhérents. Depuis le changement de bureau, l'union a aidé l'équipe à créer des fiches de poste et des commissions ont été mises en place pour répartir le travail.
Le réseau poursuit sa restructuration
L'UD Cuma Pays de la Loire section Sarthe a organisé son AG le 1er février à Tresson. A l'heure du regroupement et de la fusion,…
Guillaume Degoulet est installé à la SCEA des Sables à Noyen sur Sarthe.
Des bâches pour optimiser son lisier

Depuis deux ans, Guillaume Degoulet, éleveur porcin à Noyen-sur-Sarthe, bénéficie des effets positifs de la couvertures des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 130€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Agri72
Consulter l'édition du journal Réussir Agri72 au format numérique
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois