Aller au contenu principal

Emploi
Les métiers de l'agriculture parmi les plus recherchés

France Travail a présenté les résultats d'une enquête sur les intentions d'embauche des entreprises sarthoises, le 14 mai dans les locaux de la charcuterie Cosme, au Mans. Les métiers de l'industrie agro-alimentaire et de l'agriculture sont toujours les plus recherchés.

Le 14 mai, dans les locaux de la charcuterie Cosme, en zone industrielle du Mans, Anne-Marie Barbeau, directrice territoriale de France Travail Sarthe et Mayenne, est venue présenter les résultats d'une enquête sur les besoins en main-d'œuvre en Sarthe. La synthèse de ce travail, réalisé à partir des données de 3 000 entreprises, a été dressée en présence d'Emmanuel Aubry, préfet de la Sarthe, ou encore Samuel Chevallier, président de la commission emploi et insertion au conseil départemental de la Sarthe. " Il est important de caractériser le besoin en main d'œuvre pour avoir une visibilité du marché du travail sur notre territoire ", a estimé le préfet en introduction.

La charcuterie Cosme recrute

Le lieu était choisi à dessein puisque Frédéric Lalande, gérant de la charcuterie Cosme, est confronté depuis plusieurs années à des tensions de recrutement. L'entreprise créée en 1985 et qui travaille avec 40 éleveurs sarthois et de départements limitrophes, valorise tous ses porcs sur ses trois sites de production du Mans pour desservir une zone de consommation de 100 km autour de la ville. " Charcuterie Cosme découpe ainsi 1 000 porcs par semaine pour une production de 5 000 t/an de viande et charcuterie, dont 450 t de rillettes, grâce à 140 salariés en production ", résume Frédéric Lalande, qui peine pourtant à recruter plusieurs profils, dont certains demandent des compétences techniques.

21 556 projets d'embauche

L'étude recense ainsi un total de 21 556 projets de recrutement, soit près de 30% des entreprises sarthoises qui ont l'intention de recruter, un chiffre à la baisse par rapport à 2023 mais qui a doublé en 10 ans. " Le but est d'adapter l'action du réseau pour l'emploi, pour mieux former les candidats et adapter l'offre aux besoins ", indique Anne-Marie Barbeau. Un peu plus de la moitié des recrutements sont jugés difficiles (55%), avec davantage de difficultés ressenties autour de la ville du Mans. A l'échelle du département, 27,8 % des projets sont saisonniers, avec là encore des secteurs plus concernés que d'autre, comme le bassin d'emploi de la Flèche.

Si les tensions paraissent un peu moins fortes en industrie agro-alimentaire et agriculture que dans la construction ou l'industrie par exemple, les métiers les plus recherchés font partie de ces secteurs d'activité. Ainsi, les ouvriers peu qualifiés de l'industries agro-alimentaire arrivent en première place des intentions d'embauche exprimées (plus de 1 300 projets de recrutement), suivis de près par la main d'œuvre agricole : 1 100 projets, en grande partie saisonniers ; le secteur de la Flèche enregistre le plus de projets de recrutement, soit 410 projets.

Freins connexes à l'embauche

Du côté du Mans, Frédéric Lalande mène une réflexion pour comprendre ses freins à l'embauche : des horaires difficiles (5h-13h), notamment pour les familles, une mobilité pas toujours simple en zone industrielle du Mans à ces horaires... "Il y a aussi une question d'image des métiers de la viande. Il nous faudrait une Mercotte de la charcuterie !" déclare le gérant de Cosme qui peine à trouver "des têtes bien faites, avec des savoirs-être", et qui n'hésite pas à former en interne. Le turn-over de la charcuterie, aujourd'hui de 10-11% par an, a progressé depuis le Covid (7%). "En tant qu'employeurs, nous devons faire un peu plus que nos prédécesseurs pour accompagner nos salariés. Aujourd'hui il n'y a plus que le salaire qui compte, mais aussi le sens que l'on trouve à son métier." La charcuterie Cosme a actuellement une quinzaine de postes ouverts: bouchers, charcutiers ou agents de production notamment, et recherche particulièrement des apprentis, pour "former les salariés de demain".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Agri72

Les plus lus

Erwan de la Fouchardière est le nouveau directeur de la Cafel.
Erwan prend
les rênes
Erwan de la Fouchardière, 38 ans, est le nouveau directeur de la Cafel. Après plus de dix ans passés chez Biodevas, à Savigné-l'…
A partir du 1er juillet, aucune avance de trésorerie ne sera à faire ; les agriculteurs éligibles se verront appliquer un tarif de 3,86 €/hl s'ils ont une attestation.
Comment bénéficier de la taxe réduite en pied de facture dès le 1er juillet ?
Les victoires du réseau FNSEA-JA sur le GNR se multiplient depuis le début de l'année. La dernière en date n'est pas des moindres…
Chez Jacky Pezet à Duneau, la portance des sols et l'herbe trop haute ne permettent pas la sortie de tous les animaux au pâturage.
Quand l'abondance nuit...
Le 16 mai, Jacky Pezet, éleveur à Duneau, n'avait pas encore terminé la mise à l'herbe et continuait à nourrir des animaux au…
Transmission
de témoin
chez Claas PDL
Pendant huit ans, Christophe Ferrandon a roulé avec Claas. Mais l'heure était venue pour lui de passer le témoin à Benoît…
Le bilan de la campagne 2024 en Sarthe
Les déclarations Pac 2024 s'étant clôturées le 24 mai, la DDT 72 nous fait un bilan chiffré de cette campagne 2024 et des…
Guillaume dans sa parcelle de maïs.
" L'assurance de rendements lissés "
A La Chapelle Saint-Rémy, Guillaume Dreux est un inconditionnel de l'ACS. Le jeune céréalier nous parle de ses vertus. 
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 130€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Agri72
Consulter l'édition du journal Réussir Agri72 au format numérique
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois